Vivir Bonito
Améliorer votre intérieur pour une vie meilleure !

 

 

Type de Projet : Social

Ce projet se veut à porté social.

 

Contexte :

 

Nous avons tous droit à un logement décent et sain.

Contexte légal :

Loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986

Même si cela est une obligation pour les bailleurs cela par d'un constat : les conditions dans lesquels vivent les personnes et qui ne sont améliorer que lorsque le locataire part car il faut remettre l'appartement aux normes !

Un décret du 30 janvier 2002(3) a précisé les caractéristiques de la notion de décence.

Le logement décent est celui « qui ne laisse pas apparaître de risques manifestes » pouvant porter « atteinte à la sécurité physique ou à la santé ».
À ce titre, il doit assurer « le clos et le couvert » à l'occupant, c'est-à-dire le protéger des risques d'effondrement, de ruissellement ou d'infiltration.
Il doit aussi être suffisamment ventilé et éclairé, ou encore être exempt de tout équipement dangereux ou matériaux nocifs.

Lois, décrets et jurisprudence

Lois et décrets

(1) Loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) N°2000-1208
(2) Article 6 de la loi n°89-462 tendant à améliorer les rapports locatifs
(3) Décret n° 2002-120, JO du 31 janvier 2002
(4) RM JO 6 mai 2002 p. 2428

Jurisprudence

  • Les magistrats ont jugé que le bailleur n'était pas déchargé de son obligation de délivrer un logement décent par le fait que le preneur ait accepté le logement en l'état.
    (Cassation, 3e Civ., 28 avril 2009, n°08-11749).

  • En outre, la remise aux normes des installations lui incombe et ne saurait être mise à la charge du locataire
    (CA Caen, 7 juin 2007, n°05/3363).

  • Enfin, sa responsabilité peut être engagée en cas d'aggravation d'une maladie du locataire (dans ce cas, l'asthme) due au caractère indécent ou insalubre du logement.
    (Cassation, 3e Civ., 19 janvier 2005, n°03-15631).

 

 

Contexte social :

5,7 millions de personnes consacrent plus de 35 % de leurs revenus aux dépenses liées au logement, avec un reste à vivre de 650 euros par mois en moyenne, soit 65 % du seuil de pauvreté. Les personnes concernées par ce taux d’effort excessif sont 42 % plus nombreuses qu’en 2006 !

Selon la fondation Abbé Pierre.

D'après les rapports de la fondation on compte en millions les personnes qui vivent dans des conditions indécentes et indignes. Et cela dans toutes les grandes villes.

 

Parfois la certaines vivent à un rythme trop rapide pour prendre le temps d'embellir ou tout simplement de s'occuper de sa maison. Parfois simplement la routine, le travail, les enfants sont chronophages et ne permettent pas à un couple de s'occuper de leur habitat qui peut dans certains cas devenir la cause d'allergies, de rhino ou autres problèmes respiratoires et de santé tout simplement, voire de stress et de mal être psychologique.

Nos enfants sont fragiles et parfois on attribue les maux au fait qu'ils vont à l'école et "attrapent tout et n'importe quoi".

En France le nombre de famille qui vivent dans des conditions difficiles à cause de leur habitat n'est pas encore quantifiée mais le mal être se ressent et le besoin bien que peut exprimé, existe vraiment.

Des programmes télévisés nous montrent la réalité dans laquelle vivent certaines personnes....

Alors que la solution est simple mais demande des connaissances et du savoir faire.

 

Public concerné :

- Les personnes dans le besoin, qui ont perdu le control de leur maison et où maison est synonyme de stress,

- Les familles qui vivent dans un environnement pollué, avec des moisissures, des insectes,... qui peut être mauvais pour la santé.

- Les personnes désorganisées, désordonnées, compulsives... et qui ont besoin d'aide pour en venir à bout de leur problème.

- les personnes qui en font la demandent...

Principal objectif :

Rendre aux familles où l'habitat est insalubre, ou encombré, désorganisé, une décoration sans intérêt, etc., la possibilité d'avoir une maison saine et agréable à vivre.

 

Responsable du projet :

Denisse Graells, après 5 années d'études en santé publique et une expérience professionnelle dans la santé, elle s'est tournée vers sa deuxième passion la décoration. Et après une formation et des chantiers auprès de particuliers, elle propose sont savoir faire et ses connaissances.

Elle a su allier les deux et s'est spécialisée dans une décoration plutôt de service à la personne et d'aide, en améliorant la santé et le bien-être .

 

Moyens :

Moyens humains : une décoratrice, une architecte consultante, deux ouvriers.

Moyens de communication : Informatique (mails et réseaux sociaux, téléphone, principalement .)

Matériaux et outils : Nous avons les outils mais pas les matériaux car cela dépendent du chantier. Ils peuvent pour la plus part déjà être présent sur les chantiers mais ont besoin d'être actualisé, rénové...

 

Activités :

Home staging, décoration, coaching déco, coaching rangement et organisation, réaménagement. Recherche d'agent pathogène et anxiogène dans les maisons.

 

Missions :

Au travers de chantiers dans les logements des personnes dans le besoin résoudre leurs problèmes d'habitat (intérieur).

 

Partenaires :

L'association los mexicas de la côte d'azur.

 

Locaux :

Travail depuis la maison pour ce qui est de la conception, sinon sur les chantiers.

 

Financement :

- Pas de sources de financement.

 

Besoins :

- Bien que les besoins en financement varient en fonction di chantier , ce sont des personnes dans le besoin et souvent sans revenus important voire médiocre. Même si les personnes travaillent de bon cœur. Le matériel est cher.

Association Franco-Mexicaine de la Cote d´Azur . Nice, France

© 2019 Mexicas Cote d' Azur. 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now